Les JO d’hiver : les jeux des pays riches ?

Quand on regarde les JO d’hiver, et au-delà des émotions ressenties sur telle ou telle course ou discipline, il est frappant de constater à quel point le classement des médailles ressemble à celui du PIB par habitant (si on met de côté les paradis fiscaux et les pays producteurs de pétrole).

 

Car dans le haut du tableau, nous allons retrouver les USA, la Norvège, le Canada, l’Allemagne, la Corée du Sud, la France, la Suisse ou encore le Japon et les Pays bas. Dans ce tableau, seules la Slovénie ou la Biélorussie sont un peu en marge sans pour autant qu’on les qualifie de pays pauvres.

 

Médailles des JO d’hiver 2018 de Pyeongchang PIB par habitant (source : FMI)
Rang Pays Nombre de médailles Rang Pays PIB en nominal (US$)
1 Norvège 39 1  Norvège 100 579
2 Allemagne 31 2  Suisse 81 276
3 Canada 29 3  Australie 64 578
4 Etats-Unis 23 4  Danemark 59 129
5 Pays-Bas 20 5  Suède 58 014
6 Suède 14 6  Singapour 55 182
7 Corée du Sud 17 7  États-Unis 53 001
8 Suisse 15 8  Canada 52 037
9 France 15 9  Pays-Bas 50 816
10 Autriche 14 10  Finlande 49 055
11 Japon 13 11  Autriche 49 039
12 Italie 10 12  Irlande 48 608
13 A.O.R. 17 13  Belgique 45 538
14 Rép. Tchèque 7 14  Islande 45 416
15 Biélorussie 3 15  Allemagne 44 999
16 Chine 9 16  France 44 099

 

 

 

Est-ce surprenant quand on sait que l’Europe (et notamment la France), les US ou le Canada concentrent les plus belles stations de ski au monde et que le ski lui-même est un loisir onéreux et insuffisamment démocratisé ?

 

Pour toutes ces raisons, confronter les JO d’été et d’hiver n’a aucun sens, tout comme essayer de comparer la valeur d’une médaille en patinage de vitesse ou au 100 mètres en athlétisme.

 

Aux jeux d’été, tous les pays, même les plus modestes, ont des chances de médailles, pour peu qu’elles aient une spécialisation dans une discipline par exemple. Ou que les athlètes originaires des îles (Jamaïque, Bahamas…) collectionnent les médailles en athlétisme sur les courses de vitesse comme le font les kényans et les éthiopiens sur les courses de fond.

 

Que gagner un 100 mètres olympique en athlétisme est un exploit unique qu’on ne peut pas comparer à un titre des JO d’hiver. Usain Bolt est une star planétaire ce que ne seront jamais le skieur autrichien Marcel Hirscher ou l‘américaine Shiffrin ce qui n’enlève rien à leur immense talent mais comparaison n’est pas raison.

 

Et que dire aussi des records de médailles entre deux olympiades ? Il y avait 35 épreuves aux JO de Grenoble en 1968 et 102 à Pyeongchang : 3 fois plus… Il est donc logique que la France remporte plus de médailles en 2018 (15 médailles soit 4.9% des médailles) qu’en 1968 (9 médailles soit 8.5% des médailles)…

 

Par conséquent, l’essentiel n’est pas dans la guerre des superlatifs ; évitons de savoir dans tous les sports si un champion actuel est meilleur que celui qui excellait dans la même discipline il y a 25 ou 30 ans. Apprécions simplement l’instant présent, les performances de ces champions qui nous font rêver le temps d’une course et nous donnent un intense plaisir ; plaisir à consommer sans modération.

A lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *