Daniel Karyotis (BPCE) : « La réactivité de la fonction finance doit être absolue »

Pour Daniel Karyotis, directeur général Finances, Risques et Opérations du groupe BPCE, le haut niveau de compétence d’un collaborateur doit rassurer et non inquiéter un manager. 

 

Décideurs : Comment est organisée la fonction financière du groupe BPCE ?

Daniel Karyotis : J’ai la responsabilité d’un pôle qui intègre, outre la finance, les risques et les opérations.

Les opérations comprennent principalement l’informatique, l’immobilier et les achats. Cette association permet une meilleure transversalité.

 

La finance s’articule autour de 2 grandes fonctions :

– La première est constituée par les fonctions du contrôle de gestion, de la comptabilité et de la fiscalité.

– La seconde intègre la gestion de trésorerie du groupe, du bilan et la politique d’émissions du groupe.

 

Décideurs : Quelles sont selon vous les évolutions passées et à venir de la fonction finance ?

Daniel Karyotis :  Le cas de BPCE est un peu particulier puisque le groupe a été créé en 2009 en pleine crise financière. Il est né du rapprochement de deux réseaux anciens et très présents régionalement : les Banques populaires et les Caisses d’épargne. La fonction financière, comme toutes les fonctions du groupe, s’est transformée année après année, et s’est considérablement renforcée.

L’un de ses grands enjeux aujourd’hui – qu’elle concerne une banque ou une grande entreprise industrielle – est la rapidité et l’excellence dans l’exécution. Pour une direction financière, le rapport au temps est aujourd’hui totalement inversé. La volatilité de nos environnements devient la règle et il faut conjuguer capacité d’analyse et réactivité. Il faut être flexible dans les choix opérés et efficaces, ensuite, dans l’action.

 

Retrouvez l’interview de Daniel Karyotis dans son intégralité le site leadersleague.com

 

A lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *