Se financer devient un luxe

Dossier publié dans L’Usine Nouvelle, 6 octobre 2011 –  Panique dans les banques ! La crise financière les pousse à accélérer leur mise en conformité avec les règles de Bâle III. Les entreprises commencent à en sentir les effets, notamment sur le crédit

« La liquidité va devenir plus rare, donc plus chère », assène Olivier Gamier, chef économiste de la Société Générale. Les tarifs du crédit risquent donc de grimper. Les taux d’intérêts sont encore plutôt bas en France, aux alentours de 4% pour des emprunts immobiliers d’entreprise ou des crédits d’investissements à long terme. Leur hausse, si elle semble inéluctable, demeure difficile à prévoir et à quantifier. « Il est difficile de faire des extrapolations à six mois, rappelle Daniel Karyotis. Que les conditions augmentent un peu n’est ni impossible ni scandaleux. »

Lire l’article sur le site de l’Usine Nouvelle

A lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *