Tony Parker : 1 000 matchs en NBA au 1er avril !

Fan de sport, je ne peux m’empêcher d’écrire un billet sur un sportif français qui n’est pas reconnu à sa juste valeur quand on considère son palmarès actuel qui est juste… stratosphérique ! (et qui rejoint celui de basketteurs illustres tels Michael Jordan ou Magic Johnson).

Quand il débarque en 2001 en NBA, nul ne le connaît vraiment et sa place dans la draft (recrutement organisé chaque année par la NBA de jeunes joueurs issus des universités, lycées ou de l’étranger) est d’ailleurs assez médiocre (29è position seulement).

Mais derrière un homme (s’il y a souvent une femme…) il y a en général aussi, un homme qui vous met sur les chemins de la réussite en vous donnant les bons codes et les meilleurs enseignements.
Pour Tony Parker, cet homme est Greg Popovich, manager des Spurs de San Antonio depuis 1997, qui remporte son premier titre de Champion dès 1999 !

Personnage étonnant, d’origine serbo-croate, à la fois autoritaire et paternaliste, il va couver, formater et coacher Tony Parker durant ses premières années de NBA.

Et le jeune joueur du Racing va devenir progressivement l’un des meilleurs joueurs de la NBA : quatre fois champions NBA, une fois MVP (Most Valuable Player en finale 2007), et six sélections au All-Star Game.

Son millième match contre Miami n’est pas le fruit du hasard, et cela fait déjà quatorze ans qu’il joue à San Antonio. Dans l’histoire de la NBA (créée en 1946) seuls 16 joueurs ont dépassé les 1 000 matchs dans un même club en 70 ans ! Respect, Monsieur Parker.

Par ailleurs, Tony Parker porte l’équipe de France de basket depuis 10 ans et, c’est grâce à son énergie et à son ambition inépuisables que la France est devenue Championne d’Europe pour la 1ère fois de son histoire en 2013. Un amour du maillot qui ne s’est jamais démenti depuis son intégration dans l’équipe de France junior en novembre 2000 contre la Turquie. Tony Parker compte 129 sélections ce qui n’est pas rien…

Ce que j’aime chez Tony Parker ?

– C’est le plus américain des français ou peut-être, le plus français des américains car aux Etats-Unis nombreux sont ceux qui pensent qu’il est américain.
– C’est un citoyen du monde : né à Bruges (mais oui !), son père est américain et sa mère néerlandaise.
– C’est un homme de courage et de conviction, ce qui l’a conduit à racheter le club mythique de basket l’ASVEL de Villeurbanne.
– Il est fier d’être français et le rappelle à chaque occasion. C’est l’anti-French Bashing par excellence.
– Enfin, last but not least comme dirait Tipi (son surnom), il conserve un esprit et une âme d’adolescent malgré sa notoriété internationale.

Et pour ceux qui en douteraient encore (mais est-ce possible…), qu’ils retrouvent le sourire éclatant de Tony Parker à la Une de l’Equipe, le jour où la France a été sacrée championne d’Europe en 2013.
Belle image, belle photo d’une France insouciante, décomplexée et qui gagne !

A lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *